Home

Home
Cititi-ne pe FacebookUrmati-ne pe TwitterFeed RSS gratuit

Spacer

Atelier LiterNet  Sageata  Personale  Sageata  Şantier

Articol publicat exclusiv pe LiterNet.ro

Venezia


Gigi Căciuleanu

22.01.2012
TextText mai micText mai mare
Versiune imprimabila Adauga cu AddThis
Articolul anterior din rubrică
Articolul urmator din rubrică
Veneţia sicriu
gondolă
mocirlă
vane vanităţi
 
un lac neviu
cu punţi de gârlă
şir nesfârşit
de alte dăţi
 
suspin de zei
sub râs de mască
un ieri etern
de mucegai
 
o apă vai
ne-pământească
(noiembrie 2011)
 

(foto: Gigi Căciuleanu)

Venise gondoles
Venise cercueils
Venise orgueil
Eau-forte, ondes moles
 
Venise en liesse
Bénie des cieux
Venise des dieux
Qui suis-je ? Qui est-ce ?
 
Venise soupires
Venise blessures
Venise hiver
Et moisissure
 
Venise un hier
Qui s'éternise
(novembre 2011)

***

Venecia góndolas
Venecia ataúd
Venecia débil tierra
Venecia agua-fuerte
 
bendita de dioses
con mascaras de luto
suspiros que encierra
el molde con la muerte
 
risueña crueldad
de puentes con adioses
ciudad de mil delirios
y vana vanidad
 
aguas de un eterno
no terrenal invierno
(noviembre 2011)
Articolul anterior din rubrică
Toate articolele din rubrică
Articolul urmator din rubrică




1 comentariu

  • Mille miroitements!!!
    Souabria Thérèse., 26.01.2012, 11:41

    On imagine: les miroitements du soleil sur l'eau le jour... de la lune la nuit... les navigations gondolées sur les canaux de l'amour... de celles divagantes, sur la mer à la cruauté vivifiante de la vérité brute.

    Et les eaux stagnantes, apaisantes, ont la douceur de jeux de miroirs dont les piqûres anciennes sur le tain des miroirs, nous lient à la nostalgie profonde universelle.

    La disposition architecturale contribue aux jeux de "cache-cache" je te vois, pour arriver aux démasqués successifs: je me vois...
    Et la beauté de la nécessité des masques apparaît!

    Je m'imagine en entrant de somptueux palais en somptueux appartements, face aux mille lumières d'inévitables émergeanges de blessures d'âme à soigner...

    Et à cause des concrètes moisissures humides de l'eau, des pleurs, je songe à l'empereur Chah Djahan qui a trouvé la solution: face au torrent de larmes qu'il a versé pour celle qu'il aimait d'un amour absolu, choisir de faire construire le Taj Mahal, qui avec toutes ses pierreries, la beauté de son architecture... étincelle encore de nos jours avec cette puissance stupéfiante!












Spacer Spacer