Home

Home
Cititi-ne pe FacebookUrmati-ne pe TwitterFeed RSS gratuit

Spacer

Atelier LiterNet  Sageata  Personale  Sageata  Şantier

Articol publicat exclusiv pe LiterNet.ro

doar ploaie / de la pluie seulement / sólo lluvia / solo pioggia


Gigi Căciuleanu

27.01.2013
TextText mai micText mai mare
Versiune imprimabila Adauga cu AddThis
Articolul anterior din rubrică
Articolul urmator din rubrică
doar ploaie şi atât

bătând în alte ferestre
ale altor case, în a altcuiva toamnă

fără ură
fără urmă
de nici un fel
de imposibil trecut

fără viitor

fără păreri de rău

şi fără
niciun
alt
posibil
amor


foto: Gigi Căciuleanu (Paris, 2012)

de la pluie seulement

frappant les fenêtres d'autres maisons
d'autres raisons d'être, d'autres automnes

sans haine
sans souvenirs
sans pleurs ni rires

sans la moindre trace
d'aucun
impossible passé

sans avenir

sans regrets

et sans
aucun
autre
possible
amour
*

sólo lluvia

cayendo detrás de las ventanas de otras casas
de otras cosas, de otros otoños

sin odio

sin ninguna huella
de ningun
imposible pasado

sin futuro

sin lamentos

y sin
ningún
otro
posible
amor

***

 
solo pioggia
 
cadendo dietro i vetri di altre case
di altre cose, di altri autunni
 
senza odio
 
senza impronta
di nessun
possibile passato
 
senza futuro
 
senza rimpianti
 
e senza
nessun
altro
possibile
amore
 
(traducere Rita Rossi)
Articolul anterior din rubrică
Toate articolele din rubrică
Articolul urmator din rubrică




1 comentariu

  • Troisième dimension.
    Souabria Thérèse., 27.01.2013, 15:51

    La vitrine me fait penser, à cause des éclats de rouge de la photo, et du jeu du mouvement: immobilité du mannequin, face au mouvement de l'être humain qui passe, à un dicton chinois: "Ne regarde pas ce que tu ne peux pas avoir".

    Pendant un certain temps, j'ai été capté dans la fatalité de ce dicton. Puis peu à peu, je me suis rendue compte que dans ce rapport frontal entre le dicton et moi, entre le mannequin ici et le passant, il y a un rapport à deux dimensions: la perspective manque.

    De mon point de vue, la pluie qui semble se heurter et glisser sur l'impossible troisième dimension, donne le ton fondamental à ce beau poème, plein de subtilités, qui me fascine par l'expression d'un "espace-émotion".

    Depuis un certain temps, j'ai réussi à trouver une réelle
    perspective à mes visions: j'ai donc changé le dicton: un jeu subtile entre l'avoir et l'être. Ce qui donne: "Vois si ce que tu voulais avoir, tu le veux toujours, avec enfin la perspective d'être".

Spacer Spacer