Home

Home
Cititi-ne pe FacebookUrmati-ne pe TwitterFeed RSS gratuit

Spacer

Atelier LiterNet  Sageata  Personale  Sageata  Şantier

Articol publicat exclusiv pe LiterNet.ro

Memorie / Mémoire / Memoria


Gigi Căciuleanu

24.02.2013
TextText mai micText mai mare
Versiune imprimabila Adauga cu AddThis
Articolul anterior din rubrică
Articolul urmator din rubrică
Îmi plouă peste grădina cerului
Macii, Doamnă, macii
În zăpuşeala verii
În a verii zăpuşeală
Mi se rostogolesc prin amintiri
 
Mirese în negru atârnă morocănos
Cu capu-n jos
Ce trist se destramă seninul
Mirii, Doamnă, mirii
Cât de zadarnic aşteaptă
 
Veninul, Doamnă, veninul
Din privirile care nu pot plânge
Şi nu plîng
Pieziş se adună prin unghere
Ca praful în odaia incertă din vis
 
Vis închis
Zăvorât bine
Încuiat în cutia mare cu plăceri
Şi durere
 
Îmi plouă peste paşi
Peste cei făcuţi cu piciorul stâng
 
Îmi plouă cu păreri de rău
Peste atâtea
Şi atâtea nopţi
 
Apă inundând piezişe ascunsele mele cărări
 
Îmi plouă peste grădina cerului
 
Grindină
Peste înceţoşări



Il pleut sur le jardin de mon ciel
Les coquelicots Madame, les coquelicots
Dans la chaleur de l'été
Dans la chaleur de l'été
Roulent à travers mes souvenirs
 
Des fiancées en noir pendent grognonnes et maussades
La tête en bas
Comme c'est triste lorsque le bleu du ciel se défait
Et c'est en vain que ces jeunes prétendants
Attendent
 
Le venin, Madame, le venin
Dans ces regards qui ne peuvent guère pleurer
Et qui ne pleurent pas
Des regards en coin qui s'amassent
Comme la poussière dans cette chambre incertaine
Qui en rêve m'apparaît
 
Un rêve bien fermé
Verrouillé
Enfermé dans la grande boite à plaisirs
Et douleurs
 
De l'eau tombe sur mes pas
Sur ceux du pied gauche
 
Il pleut avec des regrets
Sur tant
Et tant de nuits
De l'eau qui inonde mes obscurs chemins de traverse
 
Il pleut sur le jardin de mon ciel
 
De la grêle
Sur les embruns du cerveau
 
***
 
Está lloviendo sobre el jardín de mi cielo
Amapolas, señora mía, amapolas
En el calor del verano
En el calor del verano
Están rodando a través de mis recuerdos
 
Novias de negro cuelgan malhumoradas
Cabeza abajo
Que tristemente se deshace el azul del cielo
Y cómo es por nada que los jóvenes novios esperan
 
El veneno, mi señora, El veneno
En las miradas que no pueden llorar
Y no lloran
Miradas de reojo que se amontonan
Al igual que el polvo en los rinconcitos
De la habitación incierta que en el sueño me aparece
 
Un sueño cerrado
Bloqueado
Encerrado en la cajita con placeres
Y dolores
 
Cae el agua sobre mis pasos
Sobre aquellos que he hecho con el pie izquierdo
 
Llueve con remordimientos
Sobre tantas
Y tantas noches
Agua inundando mis oscuros caminitos oblicuos
 
Está lloviendo en el jardín de mi cielo
 
Granizo
Sobre las nieblas del cerebro
Articolul anterior din rubrică
Toate articolele din rubrică
Articolul urmator din rubrică




1 comentariu

  • La magie du revers de la médaille.
    Souabria Thérèse., 28.02.2013, 23:25

    Dans la dualité de nos vies, on peut choisir soit de voir la médaille et de ressentir son envers, soit de voir l'envers et de ressentir la médaille.

    De mon point de vue ce poème choisi la deuxième possibilité, avec une photo, qui par le positionnement des deux fauteuils donne une perpendiculaire, annonciatrice d'un style de flèche, de part les deux lignes de vision qu'elle propose, si deux êtres s'assoient dedans.

    J'apprécie extraordinairement la subtilité de l'énergie particulière de ce poème, qui exprimant l'envers d'une médaille, fait apparaître la réalité de l'endroit de celle-ci, dans tout le mouvement des oppositions entre usage et réalité, et de la résultante finale, d'une sensation globale: la magie du revers de la médaille!

    L'ancrage d'une mémoire personnelle sensible du poète qui se construit dans l'expression d'un rapport au monde, entre conscience de l'énergie de la pesanteur et du poid des sensations, et la possibilité de les transcender grâce au mouvement, m'émeut profondément.

Spacer Spacer