Home

Home
Cititi-ne pe FacebookUrmati-ne pe TwitterFeed RSS gratuit

Spacer

Atelier LiterNet  Sageata  Personale  Sageata  Şantier

Articol publicat exclusiv pe LiterNet.ro

Prometeu


Gigi Căciuleanu

17.02.2013
TextText mai micText mai mare
Versiune imprimabila Adauga cu AddThis
Articolul anterior din rubrică
Articolul urmator din rubrică
pe vremea
când încă
fulgerele atârnau din cer
 
frânghii umede
de atâta ploaie mocnită
 
într-o bună zi
maimuţa Prometeu
se căţără
pe una din acele frânghii-fulger
 
înspre cer
 
ţinând strâns între dinţi
scânteia şterpelită
de jos
de la oameni
 
şi nimic nu mai fu ca-nainte



au temps où
les foudres
pendaient encore du ciel
 
cordes mouillées
de tant de pluies immobiles
 
un beau jour
le singe Prométhée
grimpa
sur l'une de ces cordes-foudre
 
vers le ciel
 
serrant étroitement entre les dents
l'étincelle volée
d'en bas
de chez les gens
 
et rien ne fut plus comme avant
 
***
 
en los tiempos en los cuales
los relámpagos
aun colgaban del cielo

cuerdas empapadas
de tantas inmóviles lluvias

un día
el mono Prometeo
subió
escalando una de estas cuerdas-relámpago

hacia el cielo

apretando con fuerza entre los dientes
la chispa robada
desde abajo
de donde la gente
 
y nada más fue como antes
 
Articolul anterior din rubrică
Toate articolele din rubrică
Articolul urmator din rubrică




1 comentariu

  • Les complexités du monde.
    Souabria Thérèse., 22.02.2013, 00:29

    Il y a toujours, ces héros qui aidant les Hommes finissent par perdre la foi (le foie), dans ceux-ci.
    Souvent, ils oublient que plus de la moitié des êtres humains sont des femmes, à force de dire les Hommes.

    Alors renversons l'hypothèse de Pandore, qui annonce, (sans que les femmes aient eu leurs avis à donner d'ailleurs), la beauté fatale, comme masque de toutes les vilenies, projettant ainsi hors des hommes, leurs responsabilités, en les rendant aveugle face à la vie.

    Le feu sans la foi à une luminosité bien faible, et les hommes et les femmes ne peuvent avancer qu'à l'aveuglette! Leur marche est restreinte, et il n'est pas possible d'aller vite...

    Alors les poussières de structuration de l'homme face à son désir de la femme, dans les mythes qu'il écrit, deviennent dans les spirales du temps des cailloux qui tombent à certains endroits, heureusement!

    Et puis des hommes et des femmes avec foi, de façons diverses et variées, acquièrent de belles visions, une souplesse certaine, et courent dans des ellipses de structurations entre les êtres humains à réinventer à l'infini.

    Et si avant, c'était parfois comme cela, dans un des creux réguliers des spirales millénaires?

    Ainsi le dessin et le poème de ce Prométhée me plaît dans sa belle simplicité, laissant s'évaporer dans son action direct, les complexités du monde.

Spacer Spacer