Home

Home
Cititi-ne pe FacebookUrmati-ne pe TwitterFeed RSS gratuit

Spacer

Atelier LiterNet  Sageata  Eseu  Sageata  Evul Media

Articol publicat exclusiv pe LiterNet.ro

Naz-East. Toate cele brune! All the beast!


Bogdan Ghiu

13.01.2019
TextText mai micText mai mare
Versiune imprimabila Adauga cu AddThis
Articolul anterior din rubrică
"Zidul Berlinului cade, Cortina de Fier se ridică şi capitalismul învinge" (Berlin Station).
 
Ce idee bună că m-am dus! Cum îl arată băiatul ăsta literalmente criminal pe nenea Sfîntul Ieronim, bunicul traducătorilor, dă lungi idei despre traducere (expoziţia Carravage à Rome & ennemis, Museé Jacquemart-André).
 
Cred că am scris un vers sau două sau ce-o fi. Cred că am scris ceva. Zice aşa.
Îmi place să vorbesc ca un comunist 
dintr-o ţară capitalistă.
 
Frumos (voit? involuntar?) omagiu adus Eseistului, în faţa Sorbonei: să-i lustruim botina, să-i punem o floare la picioare. Nicio idee de selfie. Cine şi-ar face azi un selfie cu Montaigne?
 
Aleg cu mare atenţie, aproape de fiecare dată din nou, culorile cu care citesc. Transform fiecare carte într-o carte de colorat.
 
"rana mea exista dinainte de mine, m-am născut ca s-o încarnez" (Joë Bousquet)
 
Meteo-politică: e o ceaţă atît de groasă peste ţară, încît nu numai că drumul nu se vede de-a lungul, în perspectivă, dar nici măcar de-a latul, cît să treci pe partea cealaltă (şi să-ţi iei cîmpii, printre blocuri şi bălării).
 
Cîinele moare de drum lung, iar proştii de sexul, religia, culoarea altora.
 
Cînd vom auzi (tot mai des) în public chestii din astea, să ştim clar despre ce este vorba, căci sînt nişte însemne din kitul ideologic, din Cărticica Anti-Roşie a extremei drepte ("naţional-populiste") de pretutindeni, în care lupta dintre noii populişti de stînga-dreapta şi vechii-noi conservatori cu papion (la fel de teritoriali) a dispărut, rezumate de discursul de învestitură al lui Bolsonaro, în Brazilia: "Saluant « ce jour où le peuple commence à se libérer du socialisme, de l'inversion des valeurs, du gigantisme étatique et du politiquement correct », le leader de l'extrême droite brésilienne a promis de débarrasser le pays d'« idéologies néfastes » qui « détruisent nos familles », comme celles de la « théorie du genre » qu'il abhorre, ou du « marxisme », qu'il croit détecter dans les manuels scolaires. Garantissant aux « personnes de bien » le droit à la « légitime défense », il a évoqué une fois de plus son souhait d'assouplir au plus vite la loi de 2003 interdisant le port d'armes tout en affichant sa bienveillance envers les acteurs de l'agronégoce en conflit avec le mouvement des sans-terre et les populations indigènes. (...) « Ceci est notre drapeau, qui jamais ne sera rouge [couleur du communisme] ». Ajoutant « il ne sera rouge que s'il faut verser notre sang pour le maintenir jaune et vert »."
Şi alianţe stînga-dreapta aparent inedite, deja banale: "Parmi les invités, des représentants de la droite dure et de l'extrême droite tel le premier ministre hongrois Viktor Orban ou le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, suspecté de corruption, avec lequel Jair Bolsonaro a promis de resserrer les liens. Mais aussi des figures de la gauche latino-américaine tel le président bolivien Evo Morales pour qui le Brésil et la Bolivie « regardent dans la même direction »."
Dragnea n-o fi şi el în îndrăgita, deja, Brazilie, printre prieteni?
 
Ce s-ar face, în continuare, extrema dreaptă fără anti-comunism?
 
Noul (atît de vechi) extremism capătă forţe proaspete pe fondul de "soluţionism" tehnologic ambiant: votăm tot mai mult ca şi cum ne-am "porta" numărul de mobil, ca şi cum am schimba serviciile de telefonie. Politica a devenit o piaţă de servicii care are nevoie de ambalaje ţipătoare, de culori tari, simple, în niciun caz amestecate. Spiritul capitalismului nu are cum să nu convină aşa-zişilor anti-globalişti.
 
Noii naţional-populişti vor să se prezinte ca eroi, au deci nevoie să filmeze într-o luptă care, desigur, are nevoie de inamici. Şi atunci democraţia este identificată acuzator, stigmatizant, cu "neomarxismul", cu comunismul insidios "cultural". Eu zic că ar trebui salutată, primită, adoptată şi mai ales asumată cu curaj această identificare! Aşa este! Aşa să fie!
 
Noul teritorialism identitar extremist nu este decît un nou animalism, o nouă propunere de animalizare. Dar cînd un om regresează spre animal nu mai poate deveni la loc animal, calea de întoarcere-involuţie este blocată sau cel puţin diferită faţă de cea evolutivă, aşa încît omul devine nu animal, ci bestie. Reteritorializarea literală a omului este o cale de bestializare a lui.
 
Noul slogan mondial: Să devenim bestii!
 
Se spune despre media că trebuie să oglindească. Acum producem propriile noastre media: micro-mass-media. Dar media ca oglindă prezintă un paradox ucigător. De obicei, oglinda se pune cît mai aproape de faţă pentru a vedea dacă cineva mai trăieşte. Iar semnul că mai trăieşte este că abureşte oglinda. Deci cu cît mai apropiate de noi, mai neprovocatoare, mai ne-contrazicătoare ne sînt oglinzile pe care ni le punem în faţa feţei ca să ne convingem că sîntem vii, cu atît mai aburite vor fi ele: nu vom vedea nimic, nici măcar pe noi înşine.
 
Să nu închidem ochii. Ne priveşte direct! Izolarea şi miopia ucid. De ce n-am privi ce ne priveşte? De departe putem citi mai bine (dat fiind că nu "aburim oglinda"), şi putem vedea chiar în urmă, retro-vizor. Căci din urmă ne vin acum pericolele, dar de atîta întors cu faţa către trecut, nu le mai vedem pe cele care ne vin din faţă. Iar din coliziunea trecutului cu viitorului, dintre ceea ce este readus cu forţa şi ceea ce vine cu toată viteza, tocmai prezentul vieţii dispare.
"Une des premières mesures que le nouveau gouvernement souhaite prendre est le durcissement de la loi sur le terrorisme, afin d'y d'inclure toute forme de contestation, manifestation ou occupation d'un lieu."
"Nous appelons les institutions européennes à la plus grande vigilance et à ne pas laisser leurs intérêts économiques ou géopolitiques particuliers prendre le pas sur le respect des droits humains et environnementaux. Les relations entre Etats ne peuvent se construire aux dépens des droits, des libertés et la démocratie. Cet appel est un message de solidarité avec le Brésil : nous ne fermerons pas les yeux !"
 
Toate cele brune! All the beast!
 
Naz-East!
 
"On dit que l'islam n'est pas compatible avec les valeurs européennes. Mais de quelles valeurs parle-t-on? Qu'opposons-nous à l'islam? On avance en général deux formes d'incompatibilités. La première revient à opposer l'islam aux valeurs libérales (sécularisme, féminisme et droits des LGBT). La deuxième consiste à lui objecter «l'identité chrétienne» de l'Europe. Or, les valeurs défendues par l'Eglise catholique sont à l'opposé des valeurs libérales. Sur ces questions importantes que sont la liberté d'expression et le blasphème, l'égalité entre les sexes, le genre..., les chrétiens croyants sont finalement beaucoup plus proches des musulmans. De plus, ce ne sont pas les musulmans qui sont descendus dans la rue pour combattre le mariage pour tous. Comment donc défendre une identité chrétienne en ignorant superbement le conflit entre valeurs chrétiennes et valeurs européennes libérales?" (Olivier Roy)
 
Des samedis à Paris. Lungul drum, "Marşul cel lung", performance prin oraşele practic din ce în ce mai interzise, închise, exclusive, sensibilitate-conştiinţă-acţiune. Pe scurt, etapa a 8-a. « Ils nous demandent de se mettre à leur place, mais eux sont incapables de se mettre à la nôtre. Crever en silence, c'est fini. » « Au début, c'était un mouvement contre le prix du carburant, et les taxes, mais maintenant c'est plus que ça » « A force de ne pas les entendre, cette révolte va finir en révolution. » « La mobilisation est très forte. Les gens s'informent de plus en plus, ils commencent à comprendre combien on se moque d'eux. Je vois les chômeurs qu'on sanctionne alors que les grandes entreprises profitent du CICE [le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi], je vois les démissions dans l'entourage de Macron. Ce n'est pas nous qui nous essoufflons. » « On a passé un cap, on ne peut plus rester chez soi. » « Soso », une habituée, explique ne plus mettre de gilet jaune pour mieux se fondre parmi « les civils » : « Il faut qu'ils expérimentent eux aussi les méthodes de la police. Comme ça, ils nous rejoindront. » Les « civils », un vocabulaire de guerre. « C'est malheureux à dire, mais tant qu'il n'y a pas de casse, le gouvernement s'en fout et fait comme si on n'existait pas. » « Politiquement, je suis plutôt de droite, je dirige une PME de 40 salariés. Si je suis ici, c'est parce qu'on retrouve le même phénomène à tous les niveaux en France : tout pour les gros, rien pour les petits. Pourquoi distribue-t-on le CICE à Total ou à Carrefour ? Ils n'en ont pas besoin. C'est le même combat que pour la taxe sur le carburant. » « S'ils me gazent et me forcent à me réfugier dans le musée (d'Orsay!), je jure que je casse tout à l'intérieur » « Mais tu as vu ton sac à main, il vaut plus que mon salaire. Et puis d'où je dois rentrer chez moi, la rue elle m'appartient autant qu'à toi. » Il faut « faire payer plus les riches et moins les pauvres » (Le Monde).
 
Atît de simplu! "Patriotismul" lui Orban, "naţionalist-capitalismul" est-european mis a nu: tinerii emigrează, iar Orban a dat o lege considerată pe bună dreptate "sclavagistă" pentru suplimentarea aproape la infinit a orelor de lucru şi plătirea lor în trei (3) ani (!), pentru a-i mulţumi cu mînă de lucru în special pe marii constructori germani de automobile, implantaţi în Ungaria tocmai pentru salariile scăzute de aici, şi care întreţin aparenţa economiei prospere prin exploatare, eternizînd actuala putere. Orban, model pentru unii, nu e decît un satrap local de colonie. « C'est notre député, Lajos Kosa, qui est à l'origine du texte de loi voté le 12 décembre [2018] obligeant les salariés à faire jusqu'à 400 heures supplémentaires par an, payables sur trente-six mois, explique Istvan Kaposznyák. Le Fidesz [le parti de droite présidé par Viktor Orban] fait cela pour satisfaire les grandes compagnies internationales implantées en Hongrie. Bien sûr, quelques centaines de personnes pour une ville de 210 000 habitants, cela peut paraître modeste, comme mobilisation, mais vous savez, nous sommes en Hongrie, pas en France. Ici les gens n'ont pas l'habitude de défiler, donc nous sommes très contents. » « Pour attirer ce genre d'investissements, le gouvernement a mis en danger la santé des travailleurs en faisant passer cette loi esclavagiste, s'insurge Valeria Toldi, syndicaliste en métallurgie. Le salaire minimum est de 149 000 forints brut [463 euros] en Hongrie ! Ce n'est pas assez pour vivre correctement. Il a augmenté de 8 % au 1er janvier, mais ce n'est pas suffisant, nous réclamions une hausse comprise entre 13 et 15 % ! On ne veut pas travailler plus, on veut pouvoir vivre correctement en travaillant 8 heures par jour ! » (Le Monde).
 
Prezentul e gata. Viitorul?
 
A traduce: a învăţa şi a uita tot timpul mai multe limbi, limbile, Limba.
Articolul anterior din rubrică
Toate articolele din rubrică




0 comentarii

Spacer Spacer